Jean ForcepVoir dessinsVoir tattoos

Enfant du Vaucluse, Jean Forcep investit la Ville Lumière au milieu des années 2000 où, depuis, il tatoue à La Bête Humaine aux côtés de Barbara Rosendo et de Pierre-Gilles Romieu (auteur, au passage, de son premier tattoo). Mais avant Graphicaderme, les dermographes et le 4ème arrondissement de la capitale, notre tatoueur a accompli ses premiers faits d’armes aux Arts appliqués. À travers son métier de graphiste, qu’il exercera pendant toute une décennie, il se passionne autant pour le travail de la typographie et des compositions qui en découlent, que pour l’univers de la gravure. Amoureux de Gustave Doré, il ne cache pas sa nostalgie pour un temps « où la photographie n’existait pas »…

Les influences de Jean Forcep

Spécialiste du tatouage graphique et du tattoo dark, Jean Forcep ne se cantonne pas pour autant à des styles prédéfinis. « L’héritage de mon passé de graphiste », résume le principal intéressé. Interrogé sur ses influences, le tatoueur parisien amateur de gastronomie et membre d’un groupe de musique cite volontiers Suzanne KönigRachel Hauer et Pietro Sedda – liste non-exhaustive. Sorti des sentiers du tatouage, il rend hommage au travail de Maurits Cornelis Escher, « fascinant dans l’approche de la perspective impossible », à celui d’Alfons Mucha « pour ses compositions cadres et végétaux », au peintre nabi Georges Lacombe, ou encore aux contemporains Shepard Fairey et Joan Cornellà.

Jean Forcep tatoueur a la bete humaine - paris
Jean Forcep tatoueur a la bete humaine - paris
Jean Forcep tatoueur a la bete humaine - paris